Soutenez Étoile au Grand Large

Chers frères Raiders, chers candidats,

Nous sommes quatre amis, unis par l’engagement raider pris ensemble en 2013 (promotion Pier Giorgio Frassati) lorsque nous étions chefs de patrouille à la 1°Compiègne, où nous servons désormais comme chef.

L’année suivant cet engagement, motivés par l’envie de le concrétiser par une grande aventure, nous avons préparé une expédition dans les contreforts chinois de l’Himalaya, à la rencontre de nos frères chrétiens qui témoignent là-bas d’une foi rayonnante. Evangélisés il y a une centaine d’années par les missionnaires des Missions Etrangères de Paris, ces hommes et femmes, qui vivent dans des conditions rendues difficiles par la rudesse du climat et le faible niveau de développement de cette région isolée, ont su garder vive leur foi en Jésus, malgré les nombreuses persécutions opérées par le gouvernement communiste.

Après un an de préparation, nécessaire pour réunir les fonds et assurer la préparation logistique de cette expédition, nous nous sommes envolés vers la Chine. Après quelques jours d’expéditions en montagne comme aides de camp dans une caravane, nous avons rejoins la vallée du Mékong par la route, avant de traverser à pied la montagne pour arriver à la vallée de la Saluen, où se concentrent les communautés chrétiennes de cette région. Là-bas, nous avons aidé financièrement à la reconstruction de l’église du petit village de Dimaluo, grâce aux fonds récoltés en France, puis nous sommes remontés vers les alpages, où nous avons participé à la construction d’une chapelle, aux côtés d’une famille tibétaine, qui passe là haut six mois par ans pour faire paitre les yacks. Près de deux ans après cette expédition, alors que nous nous lançons dans un nouveau projet, permettez nous de partager avec vous trois leçons que nous retiendrons de cette fabuleuse expérience spirituelle et humaine :

 

Une leçon de foi :

Quelle claque de voir la ferveur dont témoignent nos frères chrétiens de Chine après avoir été privé de prêtres, donc d’Eucharistie, pendant cinquante ans ! On comprend, à leur vue, l’immense chance que nous avons de pouvoir accéder aux sacrements si facilement… Alors que nous n’avons souvent, en France, que quelques centaines de  mètres à faire pour trouver une messe, il faut parfois attendre là-bas plusieurs semaines pour que le prêtre du coin, qui est auparavant rentré clandestinement en Chine depuis Taiwan, car les prêtres non affiliés au gouvernement sont traqués, ne puisse venir célébrer la messe. Cette ténacité est édifiante, à l’image de celle de François, octogénaire rencontré à la sortie d’une messe dominicale, qui a passé trente ans au laogaï, le camp de concentration chinois, pour être rentré au petit séminaire tenu par les pères MEP avant leur expulsion de Chine par les communistes… Malgré cette épreuve, le voilà toujours fidèle au Christ, ne manquant aucune messe, et alignant même quelques mots de français, souvenirs vivants de ces prêtres qui lui ont permis de découvrir le Christ, et dont il montre avec émotion les vielles photos jaunies qu’il conserve pieusement dans un petit musée. Quelle foi aussi que celle d’Adam, que nous avons aidé à construire la chapelle d’alpage, qui, faute de pouvoir descendre le dimanche dans la vallée pour la messe, construit pour lui et pour tous ses voisins d’alpage, une chapelle où il espère de tout cœur pouvoir abriter le Corps du Christ, préférant construire un abri neuf pour son Seigneur plutôt que de reconstruire la minuscule bicoque où il vit avec sa femme et ses deux enfants, Joseph et Maria.

 

Une leçon d’accueil :

Imagineriez vous partir un jour, sac au dos, dans une région que vous ne connaissez absolument pas, en ayant la certitude d’être reçu chaque soir comme un roi ? Le sens de l’accueil dont nous avons été l’objet tout au long de notre périple dans les vallées chrétiennes nous a profondément interpellé quant à nos sociétés occidentales, qui sont aujourd’hui bien loin de cette simplicité de l’accueil, de cette charité qu’est la disponibilité, pour l’Autre, des moyens humains et matériels, aussi réduits soient-ils. La Providence a mis sur notre chemin, lors de notre marche en montagne entre les vallées, un camp d’été rassemblant 80 enfants des villages alentours pour deux semaines de catéchisme, d’anglais, de jeux,… Après quelques jours dans la vallée de la Saluen, nous avons décidé de remonter dans ce village pour fêter l’Assomption, avant de remonter vers les alpages pour la construction de la chapelle. Ces trois jours furent magnifiques, par la joie des enfants, par leur foi, par le témoignage du père Francis, prêtre clandestin fidèle à Rome encadrant le camp, mais aussi par la manière dont nous avons été reçu. Alors que nous n’avions prévenu personne, tout le monde fit tout, lors de notre arrivée, pour nous accueillir au mieux, en nous logeant dans une ferme du village puis au presbytère, en nous conviant à tous les repas de fête du 15 aout… Tout gêné que nous étions  par cette disponibilité, par cette générosité alors que nos amis sont loin de vivre dans l’opulence, bien au contraire, nous tenions à les dédommager par quelques yens…Peine perdue à chaque fois, cela aurait été pour eux un grave manquement aux lois de l’hospitalité que d’accepter notre obole, les seules choses que nous pûmes leur offrir furent les quelques images du Pape que nous avions emporté…

 

Une leçon d’amitié :

Depuis ses prémices jusqu’à sa réalisation, en passant par sa préparation, cette expédition fut aussi une belle histoire d’amitié. A la manière d’un défi vécu en patrouille, les compétences de chacun furent mises au service du projet, avant, pendant et après celui-ci. Mais c’est surtout au cœur de l’aventure que l’expérience humaine fut riche sur ce plan. La fatigue et l’intensité des journées vécues aidant, il ne fut pas toujours facile pour chacun de supporter la promiscuité. Cependant, la prière en équipe chaque soir permit de tout remettre à plat chaque soir, sous le regard du Seigneur, de manière très libre et à chaque fois différente. C’est ainsi que la beauté de l’aventure humaine que nous avons eu la chance de vivre n’a été rendue possible que grâce à une véritable aventure spirituelle vécue à quatre, source de liens indéfectibles entre chacun des membres de l’équipe.

 

 

En guise de conclusion, nous avons la grande joie de vous présenter notre nouveau projet :

 

LONGUE PISTE VERS SAIGON

Le chemin de l’Etoile

 

Nous nous élancerons de Paris au début du mois de septembre 2017 pour rallier en un an, à bord de nos deux side-cars Oural, la capitale vietnamienne. Ce trajet de 20 000 km sera ponctué de huit étapes, rappelant les huit béatitudes, où nous rencontrerons huit communautés chrétiennes locales, pour bâtir, avec chacune d'entre elles, une chapelle. Ces chantiers, bien que modestes, nous permettrons de créer de vrais liens avec nos frères chrétiens. Ces huit chapelles constitueront un trait d'union dans la foi entre l'Orient et l'Occident.

Inspirés, depuis la création de notre association, par ce grand aventurier scout qu'est Guy de Larigaudie, nous partirons dans ses pas pour accomplir, de manière symbolique, un rêve qui lui était cher : "J'achèverai de réaliser mes rêves de jeunesse. J'aimerais alors fonder en Orient, de Palmyre à la Chine, une série de monastères.".

 

L’extraordinaire aventure que nous vivrons, à la grâce de Dieu, par le service de nos frères chrétiens, par la beauté de la Route et de l’Aventure qui s’offre à nous, ne pourra être gardé pour nous. Nous avons vraiment à cœur, par cette expédition, d’envoyer un message fort à la jeunesse, en témoignant de la Joie que procure la réalisation concrète de ses rêves, malgré les sacrifices que cela exige.

 

Parce que nous savons qu’au nom de cet engagement que vous avez pris ou que vous allez prendre, vous partagez avec nous cette soif de grand et de beau, permettez nous de vous adresser, à l’occasion du lancement de ce projet, deux messages :

 

- Notre jeunesse a besoin d’avoir des rêves, et de les réaliser, il lui faut pour cela des exemples, et vous êtes de ceux qui peuvent entrainer avec eux du monde au Ciel ! Alors lancez vous, croyez en vos rêves, et faites confiance à cette phrase de Goethe : «Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le : l’audace a du génie, du pouvoir, de la magie » ! Si vous avez besoin d’un coup de main, et d’une structure administrative et financière pour vos projets, notre association ne demande que ça ! Quatre membres, c’est bien trop peu… Nous vous attendons avec vos idées !

 

- Nous aussi, nous avons besoin de vous… En premier lieu, nous avons vraiment besoin de votre prière pour l’expédition, et pour toutes les personnes que la Providence mettra sur notre chemin. Et puis, vous vous en doutez bien, un tel projet ne va pas sans frais…Alors n’hésitez pas à en parler autour de vous, faites nous connaître, nous comptons sur vous !

 

Fraternellement,

 

GO !

 

Baptiste (5888), Niels (5887), Augustin (5886) et Grégoire (5885)